';
  • 25 octobre 2019

  • Dentisterie familiale

Les « bons » bonbons existent-ils?

L’automne est à peine débuté et déjà les magasins regorgent de costumes et de bonbons d’Halloween. Alors que les enfants planifient leur soirée et espèrent que leur récolte de friandises sera plus importante que celle de l’année dernière, les parents eux, souhaitent être en mesure de faire disparaitre discrètement une bonne quantité de tout ce sucre récolté en quelques heures. Comme il est pratiquement impossible d’empêcher nos enfants, et souvent nous-même,  de consommer des bonbons, existent-ils des friandises moins dommageables que d’autres et peut-on avoir de meilleurs comportements afin de réduire le risque de développer de la carie dentaire?

L’origines des bonbons

Les premières confiseries furent fabriquées il y a plus de 2600 ans par les Perses. Ils détenaient la culture et le savoir du « roseau qui donnait du miel sans l’aide des abeilles ». Puis c’est au XIIème siècle que les européens découvrirent ce qu’est la canne à sucre et que les confiseries apparaissent un peu partout en Europe. Le sucre est alors utilisé comme un remède et est vendu à gros prix. Bref, au fil des siècles la fabrication des friandises a beaucoup évolué. Les coûts, eux, ont considérablement diminué pour devenir accessibles à tous.

Les conséquences des bonbons sur les dents

Notre bouche regorge de bactéries qui transforment le sucre contenu dans les friandises, ainsi que dans les aliments en acides. Ces acides rongent alors l’émail des dents, creusant des micro-trous dans la couche externe des dents. Des bactéries s’y engouffrent et poursuivent ce phénomène de destruction vers l’intérieur de la dent. Si, en plus d’être sucrés, les aliments consommés sont acides, comme les boissons gazeuses, les boissons énergétiques ou les bonbons surs, l’effet néfaste est multiplié et les dommages sur l’émail des dents sont plus importants. Et si, en plus, il y a présence de plaque dentaire sur les dents, une plus grande quantité de bactéries sont présentes et la production d’acides est donc plus importante.

En plus de causer la carie dentaire, le fait de manger des bonbons peut avoir d’autres conséquences sur vos dents. En effet, les friandises collantes telles jujubes, caramels ou toffee peuvent faire décoller des obturations et même des ponts ou couronnes. Le fait de croquer des bonbons durs peut causer des fractures de dents ou d’obturations présentes en bouche.

Quelques conseils afin de réduire les risques

Comme il est pratiquement impossible d’éliminer la consommation de bonbons pour plusieurs d’entre nous, voici quelques suggestions qui s’appliquent autant pour les jeunes que pour les adultes.

  • Éviter de croquer les bonbons durs; il est préférable de les laisser fondre en bouche
  • Au lieu de répartir la consommation de bonbon sur toute la journée, il est préférable de la regrouper en un seul moment
  • Manger les bonbons à la fin du repas, car il y a plus de salive à ce moment, ce qui aidera à éliminer les acides qui peuvent s’attaquer à l’émail des dents
  • Faire un bon brossage des dents avec un dentifrice fluoré immédiatement après la consommation de sucreries
  • Boire beaucoup d’eau pour diluer les acides et le sucre
  • Manger du fromage, car le calcium contenu dans celui-ci aidera à protéger les dents
  • Utiliser la soie dentaire pour bien nettoyer entre les dents

Finalement, il n’existe pas de « bons » bonbons sur le marché. Par contre, il existe certaines alternatives pour remplacer les friandises si vous avez une envie de sucre.

  • Des fruits congelés légèrement dégelés sont une excellente source de vitamines et ont un bon goût sucré
  • Des recettes maison de jujubes ou bonbons sans sucre
  • Le chocolat noir qui contient moins de sucre et colle moins aux dents

Mais peu importe le choix de sucreries ou d’alternatives aux friandises que vous choisirez, il est primordial d’avoir d’excellentes habitudes d’hygiène bucco-dentaire afin d’éliminer rapidement le sucre et les acides présents dans votre bouche. Il n’y a pas de secret!

Prendre rendez-vous